Comment "agir sur l'intérim" ? Journée CFDT en Loire-Atlantique

Publié le 01/06/2013 à 10H58
Onze sections syndicales ont échangé et se sont formées sur la question de l'intérim dans leurs entreprises.

Ce temps était construit avec l'apport de Jacques Bordron de l'Union Régionale, Manu Lecot de la Fédération des Services, Sylvain Vallicourt délégué syndical Manpower et Michel Sonzogni du cabinet Syndex. Ils ont rappelé les enjeux à mettre en action auprès des intérimaires et ont abordé la question de l'intérim à travers différents registres de la politique sociale de l'entreprise. Les sections présentes étaient issues du secteur industriel mais aussi de la santé. Chaque section a pu dire la part que les intérimaires représentent dans leur entreprise, part qui peut aller jusqu'à quasiment 50 % de l'effectif. Les équipes disent que souvent ce sont les intérimaires eux-mêmes qui forment les intérimaires nouvellement arrivés.

Pour une grande majorité, les sections CFDT se mobilisent en faveur des intérimaires ; certaines ont fait un livret d'accueil spécial intérim et le proposent à chaque nouvel arrivant. Dans une autre section les militants ont un lien privilégié avec deux ou trois intérimaires et les accompagnent jusqu'à une éventuelle embauche et leur proposent ensuite l'adhésion. La grande majorité des sections se bat pour l'embauche des intérimaires par les entreprises utilisatrices. La revendication est portée régulièrement en CE. Malheureusement les équipes syndicales sont peu entendues, alors que la flexibilité a un coût. l'emploi d'un intérimaire revient à entre 10 et 25 % de plus que l'embauche d'un CDD ou d'un CDI.
Sylvain Vallicourt a rappelé que les intérimaires bénéficient d'un CE au sein de leur boite d'intérim. Peu d'intérimaires le savent et c'est aussi aux sections syndicales de leur donner l'info. Il a également rappelé que c'est la convention collective (et les accords d'entreprise) de l'entreprise utilisatrice qui s'applique aux intérimaires.

A suivre après cette journée : un plan d'action pour les sections qui le souhaitent, des documents pratiques et un soutien des délégués syndicaux CFDT des grandes entreprises d'interim. En proximité, elles bénéficieront aussi du soutien de l'Union Départementale et de l'Union Locale... Avec en filigrane le développement syndical dans la population des intérimaires, très peu syndiquée aujorud'hui.