Euro 2016 : les sponsors laissent les travailleurs sur la touche

Publié le 01/07/2016 à 16H36
Nike, Adidas et Puma se sont disputé à prix d’or les contrats de sponsoring des principales équipes de l’Euro 2016. Leurs logos seront visibles sur tous les terrains et tous les écrans pendant la durée de la compétition. Une opération très juteuse, qui cache des pratiques « anti-jeu ».

Alors que les 3 marques empocheront des bénéfices colossaux, les ouvriers qui fabriquent leurs équipements continuent de toucher des salaires inférieurs au minimum qui leur permettrait de vivre dignement. 
Notre rapport « Anti-jeu. Les sponsors laissent les travailleurs sur la touche. » est implacable : les équipementiers adoptent une stratégie de surenchère aveugle dans le sponsoring pour accroître leur rentabilité financière en recherchant des coûts de fabrication toujours plus bas.

Les ouvriers de la confection n’ont ainsi pas touché plus de 60 centimes d’euro pour fabriquer le maillot de l’équipe d’Allemagne, vendu 85 €.

Les sponsors laissent délibérément les travailleurs sur la touche.

Envoyez directement un message à Mark Parker, PDG de Nike, Herbert Hainer, PDG de Adidas, et Bjorn Gulden, PDG de Puma, pour leur demander de garantir un salaire vital aux ouvriers qui fabriquent leurs produits.

AGISSEZ AVEC NOUS