Chantage scandaleux chez STSM : la CFDT appelle au débrayage

Publié le 15/09/2017 à 11H23
Négociation annuelle obligatoire 2017 chez STSM, entreprise de métallurgie en Mayenne. La direction fait un chantage scandaleux à l'augmentation.

Depuis le rachat de STSM par le groupe AIM, les salariés de STSM ont déjà consentis beaucoup d’efforts :  

  • Perte d’une vingtaine de jours RTT par an,
  • Organisation du travail : non-respect du délai légal de prévenance,
  • Mise en place du travail de nuit,
  • Mise en place du travail le week-end,

En parallèle, la Direction du groupe AIM met en place unilatéralement et finance à 100% une retraite complémentaire pour tous les cadres.

Un nouveau coup de rabot est demandé par la direction du groupe AIM pour les futurs embauchés : Ceux-ci ne pourront plus bénéficier de la prime d’ancienneté. Visiblement il y a 2 poids et 2 mesures. Il y a les cadres et il y a les autres. "Je vous laisse deviner où iront les augmentations individuelles…" précise Nicolas PIERRES, Délégué Syndical CFDT STSM. 

 

Il ajoute : "La CFDT dit non et refuse de se voir imposer le gel de l’augmentation générale." 

 

  • Pour la CFDT, la Direction du groupe AIM n’hésite pas à utiliser des techniques inadmissibles pour faire appliquer le minimum conventionnel de la prime d’ancienneté chez STSM :

 

  • Un chantage à l’augmentation exercé sur le délégué syndical CFDT fin juillet et exprimée en ces termes "si un accord n’est pas trouvé sur la prime d’ancienneté, nous nous en souviendrons pour les augmentations" ; 
  • La Direction du groupe AIM n’hésite pas à recourir à des arguments farfelus lors de la dernière réunion des négociations annuelles obligatoires : "Le mode de calcul de la prime d’ancienneté chez STSM est un boulet." 

Pour peser dans les négociations sur les augmentations, négociation qui ne sont pas terminées, la CFDT appelle tous les salariés à débrayer le vendredi  08 septembre, de 11h30 à 12h30. Elle les invite également à assister à l’assemblée générale qu'elle organise.