Rencontre agents et militants du 11 avril 2014

Publié le 25/04/2014 à 12H14
Jean-Louis MALYS, secrétaire national de la Confédération était à Château-du-Loir le vendredi 11 avril 2014 dans le cadre de la semaine nationale d’action CFDT des trois fonctions publiques.

Le matin a vu un temps de rencontre avec les militants des syndicats des trois fonctions publiques puis un « apéro vitaminé » à destination des agents des fonctions publiques qui travaillent sur cette commune et une conférence de presse. L’après-midi des heures d’informations syndicales dans le Centre Hospitalier de la commune qui connait de graves difficultés se sont déroulées. 

Les militants CFDT Interco et S3C avaient distribué des tracts dans la semaine et le syndicat CFDT des Finances a profité de cette venue pour distribuer le matin des tracts au Centre des Finances Publiques.

Dès son arrivée, Jean-Louis MALYS, accompagné de Céline FORTIER secrétaire générale de l’Union Départementale 72, Claudine VILAIN pour la fédération CFDT Santé Sociaux et Eric OGER pour l’Union Régionale Interprofessionnelle Pays de la Loire, a pu débattre avec plusieurs responsables 

Ensuite, les militantes de la section du centre hospitalier ont échangé sur la situation de leur établissement. Après un buffet froid pris à l’hôpital, les militants sont allés à la rencontre des agents du Centre hospitalier qui étaient près d’une soixantaine pour échanger, s’informer, débattre. Le Centre Hospitalier de Château du Loir est aujourd’hui dans une situation très critique. Il connait un déficit chronique dû à des recrutements professionnels non autorisés et inappropriés, des investissements financiers hasardeux, une opération de construction d’un nouveau bâtiment alors que parallèlement 64 lits étaient supprimés en 2010. Malgré plusieurs alertes lancées auprès de l’ARS en 2008, 2009, 2010, 2011 et 2012 auprès de l’ARS rien n’y a fait. Au point qu’à l’été 2013, le Conseil Général de la Sarthe accordait un prêt un de 676 000 € à l’hôpital pour notamment payer les salaires. Un audit a eu lieu, un nouveau directeur a été nommé pour redresser la situation. Les personnels sont très inquiets de la situation et ils l’ont exprimé pendant près de deux heures. Ils ont l’impression de devoir payer l’addition d’une ardoise dont ils ne sont pas responsables et d’être totalement écartés de la réflexion sur les solutions à mettre en œuvre alors qu’ils vont devoir les subir et qu’ils ont des solutions à faire valoir.

Il est aujourd’hui question de travailler en horaires coupés sur une amplitude journalière de 12h30  afin d’économiser des postes, totalement illégal. Les personnels sont rappelés sur leurs jours de repos, leurs congés, ils sont poussés à abonder un Compte Epargne Temps de plus en plus conséquent sans possibilité de se faire payer une partie de celui-ci faute d’argent. 2249 journées de travail sont déjà dus au personnel de l’hôpital Les personnels administratifs sont appelés à une polyvalence maximale et les personnels soignants à réduire leur présence et les soins auprès des personnes âgées. Tous les ingrédients sont réunis pour produire de la souffrance au travail, voire de la maltraitance avec aussi toutes les conséquences sur la vie privée.

La majorité du personnel a exprimé son exigence d’être associée aux solutions à mettre en œuvre. Il a bien conscience qu’il y aura des efforts à faire mais pas n’importe comment, pas à n’importe quel prix.

La section CFDT du Centre Hospitalier a invité les personnels à venir la rencontrer pour mener une réflexion sur des propositions de solution par métier.  

Jean-Louis MALYS et Claudine VILAIN ont pris une part très active dans cet échange avec les personnels mais aussi très respectueuse de leur combat. Reçus par le Directeur de l’établissement, ils l’ont mis en garde sur la dégradation des conditions de travail, le risque de ne faire du personnel qu’une variable d’ajustement alors que celui-ci a un haut niveau de conscience professionnelle et qu’il veut pourvoir s’exprimer sur les solutions à mettre en œuvre.