Pôle Emploi PDL : des élections professionnelles favorables au réformisme syndical

Publié le 23/06/2016 à 10H29
La section CFDT Emploi de Pays de Loire a vécu un bon moment lors des dernières élections professionnelles à Pôle Emploi fin avril. Elle affiche en effet une progression de 2,5 points par rapport à 2012

La CFDT affiche donc une progression de 2,5 points par rapport à 2012 alors que les autres syndicats représentatifs lui annonçaient une mort certaine en se fondant sur la loi Travail et sur un accord classification national qui venait percuter un accord d’entreprise selon eux plus favorable. La CFDT gagne en outre des élus supplémentaires au détriment de la CGT au niveau du comité d’établissement et au détriment de FO au niveau des délégués du personnel. La CFDT Emploi connait à Pôle emploi une progression régulière depuis 2009 et est passée en 7 ans de 9.8% à 17,8%. De quoi donner le sourire à Soizic Baudouin, responsable CFDT, qui milite avec l’équipe depuis 2009. Il faut dire que les militants ne ménagent pas leur peine : ils travaillent dans un établissement de 2500 salariés répartis sur toute la région dans une soixantaine de sites et ce n’est pas toujours simple d’assurer un travail syndical de terrain tout en assumant l’ensemble de leurs tâches (la majeure partie des militants et adhérents sont conseillers en agence). Les résultats montrent cependant qu’ils sont présents dans tous les départements de la régions et qu’ils sont très nettement représentatifs.

La riposte des autres syndicats (CGT-FO, CGT et FSU) ne s’est pas fait attendre : dès la réunion d’installation du CE, ils ont signifié à l’équipe CFDT qu’ils lui refusaient toute possibilité de prendre des responsabilités au sein du CE ou des commissions. La CGT-FO a même fait une déclaration préalable approuvée par les deux autres syndicats accusant la CFDT « d’accompagner la politique de destruction des acquis des personnels de Pôle Emploi et plus largement de l’ensemble des salariés de ce pays ».

Les élus CFDT Emploi ont pris bonne note de cette déclaration qui nie la liberté d’opinion et la démocratie.

Avec 3 élus titulaires (un élu dans chaque collège) et 3 suppléants au CE et 4 délégués du personnel titulaires et 4 suppléants, l’équipe CFDT est déterminée à défendre sa conception différente d’un syndicalisme force de proposition et à la faire partager à un maximum de salariés.