Mouvement social chez les Sapeurs-Pompiers de Vendée

Publié le 16/06/2014 à 11H09
La sécurité des usagers et des sapeurs-pompiers est en danger …                     Depuis décembre 2013, les sapeurs-pompiers professionnels (SPP) de Vendée ont alerté successivement les services de l’Etat (Préfecture) et du département (Conseil Général) sur les multiples défaillances rencontrées quotidiennement sur l’ensemble du département pour assurer la sécurité des personnes et des biens. Ils soulignent notamment la carence d’effectifs des Sapeurs-Pompiers Professionnels.

Le SDIS 85 est classé en 2ème catégorie (classement national).

Il se situe nationalement, dernier

  • Sur le ratio nombre de SPP/100 000 habitants
  • Sur le ratio taux professionnalisation
  • Le nombre total de SPP

 Population Vendée au 31/12/13  660 904 habitants

260 SPP dont 203 sont également SPV 'sapeurs-pompiers volontaires)

1800 SPV

Charente Maritime 644 353 hbts

360 SPP         (+ 100 SPP)

2000 SPV

Côtes d’Armor 614 973 hbts

300 SPP      (+ 40 SPP)

2200 SPV 

Calvados 701 836 hbts

400 SPP      (+ 140 SPP)

1700 SPV

Cette carence de personnel, notamment en journée où les SPV ne sont pas disponibles se traduit notamment par :

Des centres de secours, fermés

  • Alors que des communes sont équipées d’un centre de secours, doté de matériel performant, ces centres sont fermés en journée faute de personnel
  • Les retards sont fréquents, les équipages provenant de centre de secours souvent distants de plusieurs dizaines de km

Des centres de secours, ouverts

  • Mais non opérationnels, ne disposant pas des hommes qualifiés pour assurer l’utilisation des matériels

Des retards lors des interventions :

Délai d’intervention passé :

  • avant 2011 règlement opérationnel = 15 mn urbain / 20 mn Rural
  • A ce jour = 25 mn secours à la personne / 30 mn autres interventions

A savoir « le délai moyen pour sauver une personne en arrêt cardio ventilatoire est en moyenne de 9 à 10 mn »

Des interventions réalisées en sous effectifs :

  • La sécurité des intervenants n’est pas assurée
  • Les priorités données au secours à personne, ne permettent pas toujours d’orienter aussi les actions sur la préservation des biens

Les conséquences pour les usagers :

  • Conséquences plus importantes sur la santé des victimes (ex : délai d’intervention lors des malaises cardiaques)
  • Conséquences plus importantes des sinistres sur les biens (destruction totale, charges financières plus lourdes pour les assurances celles-ci pouvant se retourner contre le SDIS, conséquences économiques, sur l’emploi lors de sinistres en Entreprises, sur l’environnement…)