A Angers, la CFDT relance le débat sur le travail du dimanche

Publié le 21/04/2016 à 14H34
Suite à l'autorisation par le maire d'angers d'ouvrir 5 dimanches en 2016, la CFDT du Maine-et-Loire (Union Départementale et syndicat des Services) relance le débat. Elle réclame l'ouverture d'une négociation à l'échelle de la communauté urbaine.  
Antoine Lelarge, secrétaire de l'union départementale, explique :  "On aurait aimé pouvoir donner notre point de vue sur la zone géographique concernée, la question des horaires d'ouverture, la forme dans laquelle s'exerce le volontariat..." . Il ajoute  "Cette délibération, comme dans les autres communes, s'est faite sans concertation avec les salariés et leurs organisations représentatives, alors qu'ils sont les premiers impactés. J'ai reçu un simple courrier de Christophe Béchu (maire d'Angers) me demandant quels dimanches nous convenait le mieux. Mais la question du nombre de dimanche n'est qu'une facette du sujet, on aurait aimé pouvoir donner notre point de vue sur la zone géographique concernée, la question des horaires d'ouverture, la forme dans laquelle s'exerce le volontariat, la définition des contreparties etc..."  

La CFDT n'est pas opposé par principe à l'ouverture des commerces le dimanche, mais elle estime que celle-ci ne doit être "ni généralisée, ni banalisée, car, dans certaines petites et très petites entreprises, faute d'accord de branche, horaires, compensations et exercice du volontariat risquent d'être laissés au bon vouloir des patrons au détriment de la vie personnelle du salarié. Antoine Lelarge rappelle que " pour la CFDT, les conséquences du travail le dimanche sur la vie personnelle sont un point essentiel" .  

La CFDT demande l'ouverture d'une négociation territoriale, avec les organismes consulaires, les syndicats patronaux et salariaux et les collectivités, avant que ne soient actées les décisions d'ouverture pour l'année 2017.